la biographie

Image de l'auteur

David Murray

19 février 1955

David Murray est né à Oakland en 1955. Son enfance est marquée par le gospel et la chorale pentecôtiste dirigée par sa mère. Lui-même joue dans les orchestres des établissements scolaires et à l'église. À onze ans, il assiste à son premier concert de Sonny Rollins, à Berkeley, et décide à la suite de ce concert de devenir musicien professionnel. Très vite, il gagne un peu d'argent en jouant avec des amis. À quinze ans, il constitue avec le pianiste Rodney Franklin une formation d'une quinzaine de musiciens, The Notations of Soul. Il s'inscrit au Pomona College à Claremont pour approfondir ses connaissances musicales, suivre des cours de piano et de composition. Il y retrouve ou y rencontre Ray AndersonJames Newton et d'autres. Il y devient l'ami de Stanley Crouch qui enseigne dans cet établissement. Ces années-là sont aussi les années des marches pour les droits civiques et des émeutes dans les ghettos noirs.

En 1975, il se rend sur la côte Est à New York décidé à y vivre comme jazzman. Il fréquente les autres musiciens d'avant-garde, notamment au « Rivbea Studio », un loft transformé en lieu de concert et d'échanges musicaux par Sam Rivers, et situé dans le quartier de NoHo2. Sam Rivers est la référence de la « loft generation » new-yorkaise, dans cette période de l'après free jazz des années 1970. Le jazz est-il encore possible, après le free jazz, ou a-t-on fini d'explorer le champ du possible, se demandent alors certains critiques musicaux ? Il s'associe à des enregistrements et des événements musicaux, anime un quartette avec Olu DaraFred HopkinsPhillip Wilson puis un trio avec Fred Hopkins et Steve McCall, et participe à des big bands.

En 1976, il effectue sa première tournée en Europe. Deux expériences de musique et d'improvisation collective marquent particulièrement la suite du parcours musical de David Murray, le World Saxophone Quartet ou WSQ, une formation à laquelle il participe de 1977 à aujourd'hui, et qui a produit une vingtaine d'albums, et le David Murray Octet, un groupe de huit musiciens (un piano, une contrebasse, une batterie et des cuivres) pour huit albums dans les années 1980 et 1990.Mais David Murray associe son nom à une pléthore de formations, du big band, petite formation, duo, et même solo, échangeant quelquefois son saxophone ténor pour la clarinette basse. Après Coleman HawkinsBen WebsterLester YoungDexter GordonSonny Rollins (qui est resté sa référence), John Coltrane, et Albert Ayler, David Murray devient le « boss » parmi les saxo ténors.

En 1995, nouvelle étape importante, il décide de s'installer à Paris. La France est le pays de sa troisième épouse, et Paris est une ville qu'il connaît déjà bien. « Je suis venu à Paris pour la première fois en 1976, à l'âge de 21 ans, à l'occasion d'une tournée européenne avec Olu Dara et Philip Wilson. J'ai tout de suite été séduit par la beauté de la ville mais aussi, d'un point de vue professionnel, par la place exceptionnelle qui était réservée au jazz. La scène était très active, il restait encore à Paris beaucoup de musiciens afro-américains venus s'installer au début des années 1970, ainsi que des écrivains comme James Baldwin que j'ai eu la chance de rencontrer lors de ma seconde visite. De 1976 à 1978 je suis venu très souvent à Paris. Les gens ici me voyaient comme le nouvel Albert Ayler, alors même qu'à cette époque j'essayais de m'émanciper de son influence… Tout le monde était très gentil avec moi et j'avais l'impression d'être vraiment considéré en tant que musicien... J'ai beaucoup joué en solo à Paris durant ces années. Je me souviens lors d'un festival être passé entre Betty Carter et Archie Shepp. Une expérience extrêmement impressionnante et inoubliable. Ensuite je suis revenu très régulièrement au sein de diverses formations. ».

Il s'installe dans le quartier de Ménilmontant. Tout en retrouvant régulièrement ses amis américains7, il se lie avec des musiciens africains et antillais8, s'intéresse aux musiques noires, des Antilles en passant par les îles Caraïbes et l'Afrique, et s'aventure dans de nouveaux territoires musicaux tels par exemple la tradition gwoka10. «L'esprit du jazz permet la connexion naturelle avec toutes les musiques sud-américaines, caraïbes et africaines», indique-t-il dans la présentation de son disque Gwotet en juin 2004